Note de service DGAL/SDSPA/2019-568 du 23 juillet 2019 - Enquête influenza aviaire en 2019

Date de signature :23/07/2019 Statut du texte :En vigueur
Date de publication :01/08/2019 Emetteur :Ministère de l'Agriculture
Consolidée le : Source :BO Agriculture n°31 du 1er août 2019
Date d'entrée en vigueur :02/08/2019
Note de service DGAL/SDSPA/2019-568 du 23 juillet 2019 - Enquête influenza aviaire en 2019



Date de mise en application :
01/01/2019
Diffusion : Tout public

Date limite de mise en oeuvre : 31/12/2019
Cette instruction abroge : DGAL/SDSPA/2018-510 du 06/07/2018 : Cette note précise les modalités de réalisation de
l'enquête influenza aviaire en 2018.
Cette instruction ne modifie aucune instruction.
Nombre d'annexes :
6

Objet : Enquête influenza aviaire en 2019.



Résumé : Comme chaque année depuis 2002-2003, la Commission européenne demande que soit mis en place un programme de surveillance de l’influenza aviaire au sein des élevages de volailles. L'enquête est, dans la mesure du possible, répartie sur l'ensemble de l'année civile. Elle concerne les élevages tirés au sort selon une analyse de risque d'influenza aviaire. Les DRAAF sont chargées du suivi d'exécution, notamment du respect des délais de transmission des analyses, et le cas échéant, de la répartition régionale des prélèvements.

Textes de référence : Décision de la Commission 2010/367/UE du 25 juin 2010 concernant la réalisation par les États membres de programmes de surveillance de l’influenza aviaire chez les volailles et les oiseaux sauvages
Arrêté du 18 janvier 2008 fixant des mesures techniques et administratives relatives à la lutte contre l’influenza aviaire
Note de service DGAL/SDSPA/N2008-8287 : Mesures de gestion des exploitations suspectes et confirmées infectées d'influenza aviaire faiblement pathogène
Note de service DGAL/SASPP/2017-636 Mesures applicables suite à une suspicion ou à la mise en évidence de foyer IAHP en France_11ème mise à jour
Instruction technique DGAL/SDPRAT/2014-263 du 03/04/2014 : liste des laboratoires agréés pour la réalisation des analysées de diagnostic sérologique et virologique Influenza aviaire et maladie de Newcastle
Instruction technique DGAL/SDSPA/2016-404 du 12/05/2016 : Modalités d'enregistrement dans
SIGAL des actions de surveillance et de lutte contre l'influenza aviaire ref BSA 1902012

I -  Contexte et objectifs de l'enquête

A - Contexte

Comme chaque année depuis 2002-2003, la Commission européenne demande que soit mis en place un programme de surveillance sérologique de l’influenza aviaire au sein des élevages de volailles. Le programme actuel est décrit dans la décision 2010/367/UE du 25 juin 2010 concernant la réalisation par les Etats membres de programmes de surveillance de l'influenza aviaire chez les volailles et les oiseaux sauvages ; il fait l’objet d’un cofinancement par la Commission européenne en application du Règlement (UE) n°652/2014.

Le bilan de l’enquête 2018 sera disponible dans les prochaines semaines. Les préconisations sur la surveillance de l'EFSA, émises suite au travail effectué dans le cadre de l'épisode influenza aviaire européen de 2016-2017 ont été présentées le 25 octobre 2017 et sont disponibles à l’adresse suivante : http://ec.europa.eu/food/animals/health/regulatory_committee/presentations_en#2 0171025

Le protocole d'enquête sérologique annuelle 2019 est détaillé en annexe 1.

B - Objectifs et conception de l’enquête 2019

Cette enquête est basée sur une surveillance sérologique des virus influenza aviaires des sous types H5 et H7, afin de garantir l'absence de circulation des virus IA sous forme sub-cliniques, notamment pour certaines populations de volailles d'espèces peu sensibles, se trouvant dans les élevages commerciaux.

Les principes généraux de cette enquête sont les suivants :

Les prélèvements sont de préférence réalisés à l'abattoir au moment de l'abattage des animaux, Pour les canards PAG, le taux de prévalence limite (TPL) d’exploitations contaminées est fixé à 1% (au risque d’erreur de 5%) comme les années précédentes : ce qui conduit à une augmentation du nombre d’exploitations à prélever par rapport aux exigences de la réglementation européenne (environ 300 au lieu de 90) ;

Pour les palmipèdes reproducteurs, le TPL d’exploitations contaminées reste fixé à 5% (au risque d’erreur de 1%) comme exigé par la réglementation européenne (soit 90 exploitations de canards reproducteurs, et l’intégralité des exploitations 
d’oies reproductrices). Toutefois, afin de renforcer la sensibilité du dispositif de criblage sérologique en cas de faible prévalence d’animaux séropositifs au sein du troupeau, le nombre de prélèvements à réaliser pour la sérologie est de 40 pour chaque intervention.

En 2019, la sélection des troupeaux de reproducteurs à dépister dans le cadre de cette enquête sérologique annuelle doit se faire indépendamment des dépistages annuels à réaliser en application de l'article 7bis de l'arrêté du 8 février 2016. Toutefois, dès lors qu'une unité de production est sélectionnée dans le cadre de l'enquête annuelle et fait l'objet de prélèvements sérologiques et virologiques sur 40 animaux, le détenteur peut s'affranchir par la suite de la réalisation du dépistage obligatoire pour cette même unité de production, s'il n'a pas été déjà réalisé.

Une attention particulière sera apportée aux élevages de gibiers qui sont vides une partie de l’année. Autant que possible, les gibiers de repeuplement seront prélevés avant les lâchers qui débutent à la fin de l’été (août).

Comme en 2017, la surveillance est basée sur le risque, en intégrant en particulier le risque lié à la potentielle contamination par les oiseaux sauvages et diffusion à bas bruit entre élevages de palmipèdes ; il s'agira donc de cibler les dépistages dans les élevages situés dans les zones humides. Toutefois, la répartition des élevages à dépister par département a été faite en fonction des effectifs. Il n'y a donc plus de pondération du nombre d'élevages à dépister par département faite au niveau national en fonction de la densité de palmipèdes et des zones à risque dans l’annexe 2 ; chaque DDPP, en fonction de sa connaissance du territoire, ciblera les élevages à dépister dans les zones à risque particulier et / ou zones à forte densité de palmipèdes

II - Protocole d’enquête 2019

A - Types d’élevages à prélever

Dans le cadre de cette enquête, les élevages correspondent aux sites d’exploitation dans SIGAL. Un même site est prélevé une seule fois au titre de l’enquête 2019. De plus, pour la valorisation ultérieure des données et leur transmission à la Commission Européenne, il est nécessaire que les DD(ec)PP et les préleveurs précisent le « type d’élevage » ainsi que l’« espèce prélevée ». Pour information, un tableau de correspondance est donné ci-dessous.
La qualité de renseignement de ces informations est cruciale ; il s'agit de l'un des éléments contrôlés par la CE pour ce dispositif qui fait l'objet d'un cofinancement à hauteur de 350 000 euros.

Il est rappelé la nécessité :




Comme indiqué dans l’instruction DGAL/SDSPA/2016-404, l’acte de référence « ENQ_SA_VOL_IA » est utilisé à partir de 2016 pour toutes les interventions relatives à l’influenza aviaire. Afin de différencier cette enquête sérologique annuelle, le plan prévisionnel « IA – Enquête sérologique annuelle » a été créé, avec comme motif de visite la « Surveillance sérologique annuelle ». Ce plan se décline en campagnes, « Campagne 2019 » pour cette enquête.

B -  Prélèvements et analyses à réaliser

Les critères de ciblage des volailles, d’âge ainsi que le type de prélèvements et leur nombre sont détaillés dans le tableau ci-dessous. Les sangs (PS) sont prélevés sur des tubes secs de 5 ml qui doivent être remplis à moitié. Des écouvillons (éc.) sont prélevés d’emblée chez les palmipèdes, ils seront analysés uniquement après résultats sérologiques positifs confirmés par le LNR.




 

C -  Nombre d’élevages à prélever

Mis à part pour la production d'oies reproductrices, pour laquelle la totalité des élevages doit être prélevée, le nombre d’élevages à prélever dans le cadre de l’enquête 2019 est précisé pour chaque département dans le tableau de répartition de l’annexe 2 qui comporte le nombre d’élevages à dépister d’office (élevages de palmipèdes reproducteurs non négatifs aux résultats LNR en 2018 ou non contrôlés) et le nombre d’élevages à tirer au sort en complément au niveau du département.

1 - Élevages à dépister d’office (annexe 1)

Il n'y a pas cette année de création d'interventions prévisionnelles au niveau national, charge à chaque DDPP d'identifier et de prévoir l'intervention pour chaque élevage à prélever d'office. Un seul atelier sera prélevé par élevage, de préférence l’atelier hébergeant les animaux les plus âgés. Si l’établissement est fermé ou ne détient pas d’animaux pendant toute l’année civile, il ne sera pas prélevé et un autre élevage devra être choisi.

2 - Élevages tirés au sort (TAS) par département et par catégorie

Chaque DDecPP sélectionne puis prélève le nombre d’élevages requis pour chaque catégorie. En l’absence d’élevage dans la catégorie ciblée, ou si la catégorie de l’élevage est erronée, la DDecPP met à jour les informations de SIGAL à partir duquel s’effectue le tirage aléatoire des élevages à prélever et informe la DRAAF des prélèvements qu’elle ne peut réaliser ; la DRAAF les répartit dans les autres départements de la région et assure le suivi de la réalisation de l’enquête.

III -   Modalités de réalisation de l’enquête

Conformément à l’instruction technique DGAL/SDPRAT/2014-263 du 03/04/2014, les laboratoires agréés pour l’influenza aviaire et les méthodes d’analyses concernées par l’agrément sont disponibles à l’adresse http://agriculture.gouv.fr/laboratoires-agrees-et-methodes-officielles-en- santeanimale.

Pour cette enquête en élevage 2019 :

La circulation des documents, prélèvements et résultats est détaillée en annexe 3.

Les modalités de préparation et de transmission des sérums et les méthodes d’analyses retenues sont précisées en annexe 4.

Les modalités d’enregistrement informatique en matière d’influenza aviaire ont été harmonisées et sont précisées par l’instruction technique DGAL/SDSPA/2016-404.

A -  Actions à mener par les services déconcentrés

1 - Directions départementales

Les DD(ec)PP réalisent les prélèvements, remplissent la fiche de prélèvements et le document d’accompagnement des prélèvements (DAP) et les adressent : Après accord entre les DD(ec)PP concernées, les prélèvements réalisés dans un abattoir par une DD(ec)PP pour le compte d’une autre DD(ec)PP peuvent être envoyés au laboratoire de criblage avec lequel la DD(ec)PP de l’abattoir est déjà en relation.

Il est demandé à chaque DD(ec)PP dès la parution de la note : Remarque : la fiche d’accompagnement des prélèvements est indispensable au laboratoire agréé et au LNR pour bien identifier le contexte dans lequel il réalise la confirmation.

2 - Directions régionales

Il est demandé aux DRAAF dès la parution de la note de s’assurer de la faisabilité de l’enquête dans leur région, d’apporter leur aide pour le tirage au sort des élevages à prélever et d’informer la DGAL (BSA) des difficultés qui pourraient être rencontrées.

Si les objectifs d’un département ne peuvent être atteints ou si les échéances de calendrier de prélèvements ne peuvent pas être respectées au vu de la spécificité de certaines productions tardives (exemple volailles festives), une solution doit être cherchée au niveau régional pour remplir les objectifs fixés. Dans le cas où le programme ne pourrait être rempli au niveau régional, il est indispensable que la
DRAAF informe le bureau de la santé animale de la DGAL (bsa.sdspa.dgal@agriculture.gouv.fr) le plus rapidement possible, afin d’examiner toutes les solutions alternatives permettant de satisfaire au mieux les objectifs.

B - Actions à mener par les laboratoires

1 - Laboratoires de proximité (= laboratoires d’échantillons dans SIGAL)

Il est demandé aux laboratoires de proximité de préparer et d’expédier les sérums et les écouvillons dès que possible et au plus tard dans les 7 jours suivant réception aux laboratoires agréés de criblage pour sérologie.

2 - Laboratoires agréés de criblage (= laboratoires de réalisation dans SIGAL)

Les laboratoires agréés effectuent les analyses de criblage : Les laboratoires agréés effectuent les analyses virologiques : Comme depuis 2016, il est demandé lors de cette campagne 2019 d’analyser les sérums de palmipèdes (canards et oies) en IHA en utilisant 3 antigènes de criblage : H5N3 A/teal/England/7394-2805/2006 et H7N7
A/turkey/England/647/1977 ainsi que H5N8 A/duck/England/036254/2014.

Pour les autres espèces de volailles (hors palmipèdes), les sérums prélevés pour la campagne 2019 seront analysés le cas échéant en IHA en utilisant les 2 antigènes de criblage prescrits par la décision 2010/367/CE : H5N3 A/teal/England/73942805/2006 et H7N7 A/turkey/England/647/1977.
Les fiches de plan d’analyses sont disponibles sur le portail RESYTAL à l’adresse suivante : https://alim.agriculture.gouv.fr/sial-portail/portail/espaceDocumentaire/rubrique/rubriqueConsult.xhtml

a - Analyses sérologiques

Les laboratoires agréés réalisent régulièrement les analyses sérologiques de criblage afin que le délai entre la réception des prélèvements et la réalisation des analyses ne dépasse pas deux semaines. Ils assurent la conservation des écouvillons transmis à température ≤ -65°C. Les analyses par PCR seront réalisées uniquement sur les lots détectés séropositifs en LDA à la demande de la DD(ec)PP en lien avec la DGAl. Le laboratoire, dans un délai de 7 jours, réalise l’analyse virologique s’il est agréé pour cela, ou transmet au laboratoire agréé désigné par la DD(ec)PP les écouvillons, accompagnés d’une copie du DAP et du rapport sérologique du LNR transmis par la DGAL.

En cas de résultat douteux ou positif en IDG IA, le laboratoire de criblage alerte la DD(ec)PP et la DGAL et poursuit les analyses en réalisant sur l’ensemble des sérums du lot la méthode IHA H5/H7 en utilisant les antigènes de criblage s’il est également agréé pour cette méthode, ou transmet le lot de sérums à analyser et les documents d’accompagnement à un laboratoire agréé pour cette méthode.

A la suite d’un criblage par IHA H5/H7 nécessitant la mise en œuvre d’une confirmation, les laboratoires agréés transmettent au LNR, dans les 24 heures après obtention des résultats, tous les sérums appartenant à des lots nécessitant une confirmation H5 ou H7, accompagnés de la copie du DAP, de la fiche de prélèvement et des résultats de criblage afin que le LNR confirme ou infirme les résultats des analyses de criblage.

En cas de sérologie positive confirmée par le LNR, la DGAL transmet le rapport d’analyses à la DD(ec)PP et au laboratoire de criblage.

Les laboratoires agréés de criblage sont chargés de l’enregistrement dans SIGAL de l’ensemble des résultats (criblage et le cas échéant, confirmation) et de leur interprétation. L’interprétation des résultats de confirmation est établie par le LNR.

b - Analyses virologiques

Les laboratoires agréés pour les analyses virologiques réalisent les analyses sur les lots accompagnés d’un DAP. Ils renseignent et valident les résultats dans SIGAL. Les rapports de sérologie et virologie positives du LNR leur sont transmis par la DGAL.

c - Délais à respecter

Il est demandé aux laboratoires agréés de criblage : Les délais indiqués ci-dessus doivent impérativement être respectés.

3 - Laboratoire national de référence (LNR)

Le LNR envoie ses résultats sans délai par mail sous forme de rapports d’essai sous format pdf : Il est demandé au LNR de transmettre à la DGAL le bilan de l’enquête prévue dans cette note au plus tard le 15/01/2020 selon les informations envoyées par la DGAL : extractions SIGAL d’une part (dernière extraction le 09/12/2019) et tableau de suivi des séropositifs d’autre part.

C - Éléments de calendrier

1 - Pour toutes les espèces hors palmipèdes absents des exploitations avant le 31/10/2019



Le calendrier ci-dessus reprend les dates limites et délais à respecter. Toutefois, dans les cas les plus défavorables (ex : prélèvements en fin de période d’enquête, laboratoires différents, et nécessité de confirmation par le LNR ou par virologie), il est demandé dans la mesure du possible à chacun des intervenants de réduire autant que possible le délai de réalisation de son action en vue de respecter les délais finaux.

2 - Pour les palmipèdes présents après le 31/10/2019

Les canards destinés aux productions de fêtes de fin d’année et absents des exploitations avant la date du 31 octobre 2019 peuvent être prélevés jusqu’au 15 novembre 2019. Le calendrier est le suivant : D - Prise en charge des coûts

Les frais consécutifs aux prélèvements, à la préparation et à l’expédition des sérums ainsi qu’aux analyses réalisées par les laboratoires de criblage et par le LNR seront pris en charge par les DD(ec)PP au titre des délégations de crédits généraux.

Le rapport financier annuel destiné à la Commission Européenne, est élaboré depuis 2014, à partir du prix unitaire des analyses tel qu’indiqué par les laboratoires qui les réalisent.

E -  Mesures de police sanitaire en cas de résultats sérologiques positifs confirmés par le LNR

En cas de résultats sérologiques positifs confirmés par le LNR, la DD(ec)PP met en œuvre les mesures conformément aux notes de service DGAL/SDSPA/N2008-8287 ou DGAL/SASPP/2017-636

Pour chaque cas séropositif, la DD(ec)PP complétera le tableau en annexe 6 et l’enverra pour suivi à la DGAL/BSA à l’adresse suivante : bsa.sdspa.dgal@agriculture.gouv.fr. Pour faciliter le suivi, il est demandé d’indiquer en objet du message : Enquête influenza aviaire 2019.

Les DRAAF sont chargées du suivi d’exécution de l’enquête au sein des régions.

Vous voudrez bien me faire part des difficultés que vous pourriez rencontrer dans l’application de cette instruction.


Le directeur général adjoint de l’alimentation
Chef du service de la gouvernance et de l’international
CVO
Loïc EVAIN



LISTE DES ANNEXES
ANNEXE 1. Protocole d’enquête
ANNEXE 2. Tableau de répartition des prélèvements
ANNEXE 3. Circulation des documents et des prélèvements
ANNEXE 4. Préparation, analyses et transmission des sérums
ANNEXE 5. Fiche de prélèvements
ANNEXE 6. Tableau de suivi des séropositifs



ANNEXE 1

Modalités du protocole de sondage des élevages avicoles pour l'enquête annuelle sérologique 2019

I. Objectifs de l'enquête sérologique

I.1 Objectifs généraux

Les programmes de surveillance de l’influenza aviaire chez les volailles ont pour objectif d’informer les autorités compétentes au sujet de la circulation éventuelle de virus de l’influenza aviaire en vue de permettre la lutte contre la maladie, conformément à la directive 2005/94/CE, grâce à une surveillance active (programmée) portant sur les éléments suivants: a/ influenza aviaire faiblement pathogène (IAFP) des sous-types H5 et H7 chez les gallinacés (poulets, dindes, pintades, faisans, perdrix) s’agissant en l’occurrence d’une détection complémentaire à celle d’autres systèmes de détection précoce;
b/ IAFP des sous-types H5 et H7 et influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) chez les oiseaux aquatiques domestiques (canards, oies et canards colverts de repeuplement de population de gibier).

I.2 Objectifs détaillés

L'objectif est de garantir l'absence de circulation de virus influenza aviaire: II. Principes généraux du sondage à l'échelle nationale

II.1. Définitions

Site d'exploitation
On considère ici comme site d'exploitation un couple unique « détenteur (Valeur de l'identifiant établissement renseigné dans Sigal) - commune (Code INSEE renseigné dans Sigal) ».

Filière et production
Chaque atelier (n° INUAV) a été attribué à une filière selon sa classe atelier.
La catégorie de production a été déduite de la classe atelier et des descripteurs « libellé espèce », « sous-catégorie », « capacité d'hébergement », lorsqu'ils étaient renseignés dans Sigal. Pour un certain nombre d'ateliers, cette catégorie n'a pu être définie.

Unité épidémiologique considérée
L'unité épidémiologique retenue pour chaque type de production est l'atelier, à raison d'un atelier prélevé par site d'exploitation (cf définitions supra).

II. 2. Modalités de sondage

Les catégories de production retenues sont celles rendues obligatoires au titre de la réglementation européenne. En ce sens, sont exclus du sondage : Le nombre de sites d'exploitation à visiter pour une catégorie de production donnée a été défini pour répondre à l'objectif de garantir le statut indemne avec un TPL de 5 % avec un risque d'erreur de 5 %, à l'exception des ateliers de palmipèdes à l'engraissement pour qui l'effort de surveillance renforcé par rapport aux exigences de la commission européenne est poursuivi comme en 2018 (256 élevages à dépister en 2016, 436 en 2017 et 497 en 2018). Pour les canards d'une part, et les oies d'autre part, le TPL retenu est donc de 1 % avec un risque d'erreur de 5 % (Tableau 1).




Pour répondre au double objectif de suivre les sites d'exploitation ayant obtenu des résultats non négatifs au LNR en 2018 et de garantir un tirage aléatoire représentatif de la distribution des élevages au niveau national, le sondage a été réalisé selon les modalités suivantes :

1. Sélection systématique ciblée sur : 2. Tirage au sort aléatoire des sites d'exploitation autres que ceux précédemment cités, par catégorie de production au niveau national. Le nombre de sites ainsi tirés au sort est réparti par département.

II. 3. Prise en compte des facteurs de risque

La surveillance fondée sur le risque est la méthode préconisée pour garantir le statut indemne de manière la plus efficiente possible. Dans ce plan de sondage, les facteurs de risques sont pris en compte de manière directe par les agents des DDecPP, qui priorisent leurs visites dans les élevages considérés comme plus à risque. Le principal facteur de risque retenu est le risque lié à la potentielle contamination par les oiseaux sauvages (proximité de zones humides, lieux de rassemblement d'oiseaux migrateurs).
Le risque lié à la densité de palmipèdes est quant à lui pris en compte de facto au vu de la répartition des élevages de palmipèdes au niveau national.







ANNEXE 4

PREPARATION, ANALYSE ET TRANSMISSION DES SERUMS

1. Tubes de sang
Les sangs sont prélevés dans des tubes secs de 5 ml qui doivent être remplis à moitié.

2. Transport des sangs au laboratoire agréé de criblage
Dès que le prélèvement est réalisé, les tubes sont bouchés et couchés pour laisser exsuder le sérum à température ambiante de 15-20°C pendant environ 2-3 heures. Les prélèvements de sang sont ensuite conservés au frigo (+4°C), jusqu’au transport au laboratoire. Le délai maximum entre la réalisation des prélèvements sanguins et leur arrivée au laboratoire (d’échantillons ou de criblage) pour y être centrifugés est de 48 heures ; passé ce délai, les prélèvements s’hémolysent.

3. Préparation, conservation et transport des sérums par le laboratoire de proximité
Si les prélèvements de sang ne peuvent pas parvenir au laboratoire de criblage dans le délai attendu, les DD(CS)PP pourront faire préparer les sérums par un laboratoire dit « de proximité » ou « d’échantillons », plus proche.
Dans ce dernier cas, les laboratoires de proximité, préparent les sérums et les expédient dès que possible et au plus tard dans les 7 jours aux laboratoires agréés de criblage.
Le stockage des sérums doit être réalisé à – 20°C. Leur transport sera effectué en respectant les normes en vigueur et en rajoutant des réfrigérants.

4. Analyses et transmission des sérums
Les tests seront effectués en 2 étapes.La première, réalisée par les laboratoires agréés, dits « de criblage », chargés des analyses permettra d’assurer une première analyse des sérums et la seconde, effectuée par le LNR ANSES-Ploufragan visera à confirmer ou infirmer les premiers résultats obtenus.
Les laboratoires agréés réalisent régulièrement les analyses de criblage afin que le délai entre la date de réception des prélèvements et la réalisation des analyses ne dépasse pas deux semaines.
Les laboratoires agréés effectuent les analyses de criblage par immunodiffusion sur gélose IDG – recherche des anticorps anti-virus influenza de type A selon la norme NF U47-013 en vigueur - pour les sérums de poulets, poules et dindes et par inhibition à l’hémagglutination IHA H5/H7 – recherche des anticorps anti H5 et anti H7 selon la norme NF U47-036-1 en vigueur - pour les sérums de faisans, pintades, ratites, perdrix et palmipèdes, et les analyses rRT-PCR selon les techniques officielles en vigueur.

A l’issue de l’étape de criblage par IDG, un lot de sérums nécessitera des analyses complémentaires en recherche de détection des anticorps des sous-types H5 etH7 de l’influenza dès qu’un seul sérum sera trouvé positif (ou douteux). Ces lots présentant au minimum un sérum douteux ou positif en IDG seront analysés sur l’ensemble des sérums du lot par la méthode IHA en utilisant les antigènes de criblage, par le même laboratoire de criblage s’il est agréé ou transmis à un laboratoire de criblage pour cette méthode.

Concernant les analyses par IHA, comme depuis 2015, il est demandé lors de cette campagne 2019 d’analyser les sérums de palmipèdes (canards et oies) en IHA en utilisant un troisième antigène de criblage représentatif des souches H5HP clade 2.3.4.4 ayant circulé en Europe des dernières années. Pour les autres espèces de volailles (hors palmipèdes), , les sérums prélevés pour la campagne 2019 seront analysés en IHA en utilisant les 2 antigènes de criblage tels qu’inscrit ci-dessous :




A l’issue de l’étape de criblage par IHA, chaque lot de sérums sera interprété comme indiqué ci-dessous :



1. Sérums de titre auto-hémagglutinant résiduel ≥ 8 sans ou après traitement avec des hématies de poules.
2. Selon la NS en vigueur concernant l’enquête sérologique IA en élevage en accord avec la version en cours de la décision UE correspondante, concernant la réalisation par les États membres de programmes de surveillance de l’influenza aviaire chez les volailles et les oiseaux sauvages.
3. Sérums interprétables de titre IHA ≥ 16 vis à vis de l’antigène H5 ou/et de l’antigène H7 utilisés en première intention.
4. Effectif minimum nécessaire par lot de prélèvements à analyser de manière à obtenir une probabilité de 99% d’identifier au moins un sérum présentant une réaction positive à l’influenza aviaire si la proportion de sérums séropositifs est de 10%.
5. Effectif minimum selon la version en vigueur de la décision UE correspondante, concernant la réalisation par les États membres de programmes de surveillance de l’influenza aviaire chez les volailles et les oiseaux sauvages.
6. Fournir au LNR : L’ensemble des sérums des lots nécessitant une confirmation par la méthode IHA, seront transmis sans délai, au Laboratoire national de référence (LNR) qui effectuera la recherche des anticorps anti H5 et/ou anti H7 par inhibition de l’hémagglutination (IHA) et conclura sur l’interprétation du lot.
De façon à optimiser la gestion des colis, il est demandé de préciser le destinataire des colis (« Unité VIPAC, à l’attention d’Audrey Schmitz ») sur les demandes de confirmation de sérologies envoyées au LNR.
La liste des laboratoires agréés pour la réalisation des analyses de diagnostic sérologique et virologique relatives aux pestes aviaires est consultable sur le site internet du ministère chargé de l’agriculture à l’adresse suivante : http://agriculture.gouv.fr/laboratoires-agrées-methodes-officielles-sante-animale

Le laboratoire national de référence est l’ANSES – Laboratoire de PloufraganPlouzané-Niort, 41 rue de Beaucemaine - BP 53 à PLOUFRAGAN (22 440).


ANNEXE 5
FICHE DE PRELEVEMENT : ENQUETE INFLUENZA AVIAIRE 2019
A remplir complètement par le préleveur et à retourner à la DD(ec)PP du lieu de l’élevage



1. information non enregistrée dans SIGAL
2. reprendre éventuellement les informations données sur la fiche sanitaire d’élevage qui doit accompagner le lot à l’abattoir.